Histoire du Liberty

sans-titre-1

Vous connaissez  l’attrait d’Une Souris à Paris pour le Liberty, tissu phare de nos collections depuis la création de notre marque.

On l’aime pour sa qualité, son toucher et ses coloris. Aujourd’hui la Souris a décidé de vous raconter l’origine du Liberty.Pour cela, un retour en arrière s’impose! L’histoire débute en 1875 sur Regent Street à Londres où, Arthur Lasenby Liberty fils de drapier,  ouvre un magasin de tissus.

libertyRegent Street, London W1B 5AH

Au départ, il vend exclusivement des tissus d’ameublement ainsi que des objets d’art asiatiques et japonais importés de l’Empire Britannique. Le magasin connait alors un franc succès.

Quelques années plus tard, Arthur Liberty, désireux de concurrencer le secteur de la mode tout en développant son magasin,  ouvre un département dédié au vêtement.

Soucieux de la qualité et du détail il fait importer des tissus vierges d’Inde, où commercent les premiers entrepreneurs du coton britannique sous le contrôle de la Compagnie anglaise des Indes orientales.

Il fait teindre les tissus puis les fait imprimer  dans les manufactures d’impression anglaises.

Arthur Liberty démocratise ainsi un tissu de coton fin aux motifs fleuris originaux : le fameux « Tana Lawn » .

tana-lawn-best-sellersTana Lawn fait référence à la région du lac Tana en Ethiopie. C’est de là que provenaient les plans de coton utilisés pour fabriquer ce tissu doux.

 

Forte de son succès, la marque Liberty naît et devient l’endroit raffiné et à la mode de la capitale britannique.

En 1900, une succursale ouvre à Paris et permet aux grands couturiers  de l’époque tels que Cacharel,  Yves Saint Laurent ou encore Paul Poiret de sublimer leurs collections.

Aujourd’hui encore le Liberty s’impose comme un classique incontournable inspirant Isabel Marrant ou Balenciaga.

C’est pour cela qu’Une Souris à Paris réinvente pour vous ce classique indémodable avec des collections lumineuses et de qualité pour briller à la plage, en toute élégance !
Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments are closed.